Fatou Cissé

In <<RR=FF>> Dak’Art

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

In Urban Scénos Dakar

Fatou Cissé / Taneber (1) / Dakar 2013 from Urban Scénos on Vimeo.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Danseuse contemporaine, propose un “tanebër” différent, déplacé de son contexte mais qui reste proche de son environnement. Des calèches, une déambulation pour épurer l’emballage du “tanebër” qui est une manifestation de femmes appelée plus couramment “sabar”.

avec les danseuses de la compagnie 1er temps et le groupe de percussion Ngeuweul Rythme

Fatou Cissé / Taneber (2) / Dakar 2013 from Urban Scénos on Vimeo.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

version statique / static version

5 danseuses dans des boutiques vides / 5 dancers in empty shops

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

With Jonathan Debrouwer

Ouakam – Jonathan Debrouwer & Fatou Cissé from urban sceno dakar 2012 on Vimeo.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ouakam les gens qui refusent

Installation / Film 58 minutes

Un projet de Jonathan Debrouwer, vidéaste et Fatou Cisse, chorégraphe.
Les interprètes  : Bertrand Saki Tchebe, Bamba Diangne, Fatou Samb, Ibou Gueye, Nabou Yaye Fall, Arama Seybiya Gomis, Badou Dabo, Abdoulaye Kane, Fatou Cisse.

Une série de performances dansées, dans quatre lieux du quartier de Ouakam retranscrites sous forme d’une installation vidéo à double point de vue et d’un film.

Le village de Ouakam vit un temps de totale mutation. Un village traditionnel de pêcheurs Lébous avec ses passages labyrinthiques, mélange de cabanons en bois, d’habitations en béton, de baobabs, est englobé par de nouveaux quartiers en construction et des habitations précaires avec leurs architectures en matériaux de récupération métallique. Au loin sur la colline, se dresse, monumentale, la statue de la Renaissance africaine, comme un repère spatio-temporel, avec à ses pieds, jusque aux limites du vieux village, comme la propagation d’une mauvaise algue dans la mer, une multitude de bâtiments “bourgeois” en construction, sans que l’on sache si ce nouveau quartier a toujours été là, s’est fait bombarder ou est en reconstruction.

Nous nous sommes servi de ces différents lieux comme de décors pour des performances inscrites dans le quotidien afin de montrer la singularité de ce moment charnière du devenir incertain de Ouakam.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

In <<RR=FF>> Nouvelle / Pôle Sud / Strasbourg

we were invited by Pôle Sud, danse theater in Strasburg, to present the installation Ouakam les gens qui refusent during the Danse Festival « Nouvelles »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

two screens were installed outside of the theater to show the video-installation

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––——

Fatou Cissé

Sénégal

Danseuse, chorégraphe / dancer, choreographer

Née à Dakar, Fatou Cissé commence la danse en 1989 en étant danseuse interprète au Centre de Formation Afro-Américain (Manhattan-Dance-School) à Dakar dirigé par son père Ousmane Noël Clissé, qui fut directeur du Ballet National du Sénégal.

Fatou Cissé intègre en 1996 le ballet guinéen de danse traditionnelle Bougarabou, en 2000 elle suivra des ateliers de composition avec les camerounais Pier Ndoumbé et Georgette Kala Lobé. Après avoir interprété et chorégraphié plusieurs solos à Dakar, au Benin, en Italie, elle obtient une bourse qui lui permet de suivre des stages au Centre Chorégraphique Charleroi de Bruxelles Belgique.

Fatou Cissé travaille aujourd’hui depuis 11 ans avec la compagnie 1er Temps et a dansé dans presque toutes les créations de celle-ci.

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––————

Born in Dakar, Fatou Cissé began dancing in 1989 as a dancer at the Centre de Formation Afro-Américain (Manhattan-Dance-School) in Dakar led by his father Ousmane Christmas Clissé, who was director of the National Ballet of Senegal.

Fatou Cissé joined in 1996 the Guinean traditional dance ballet Bougarabou, in 2000 she followed workshops of composition with the cameroonian dancers Pier Ndoumbé and Georgette Kala Lobe. After several solo choreographed and performed in Dakar, Benin, Italy, she received a scholarship which enabled him to attend courses in Choreographic Centre Charleroi Brussels Belgium.

Fatou Cissé now working 11 years with the company 1er Temps and danced in almost all the creations of it.