ABOUT

Les Scénos Urbaines sont un dispositif d’inscription de pratiques artistiques dans une ville. Elles ouvrent un espace et un temps à des artistes d’horizons multiples durant une résidence collective, en immersion dans un quartier, un contexte urbain donné.

Le choix des villes et des quartiers est lié à une rencontre avec des artistes qui y vivent et y développent leurs projets. En ce sens, toute urbanité peut accueillir les Scénos Urbaines. C’est d’abord une question de rencontre d’artistes.

Chaque résidence est co-réalisée avec les artistes locaux via un processus collectif attentif au partage des conditions de production (commissariat, rémunération, circulations, temps préparatoire, etc… ) et à ce que la résidence soit un apport économique pour le quartier.

Les artistes invités vivent et travaillent sur place, en immersion. Le fait d’être présent est un facteur essentiel au projet. Ainsi se construisent les conditions d’une dynamique des vécus et des processus. De fait, nombreux sont les acteurs locaux impliqués dans la résidence, à différents niveaux.

Les artistes interagissent avec un environnement urbain donné. L’entrée est la « ville d’en bas », les dynamiques urbaines produites par les habitants : pratiques quotidiennes, corps – « body politics », « deal », textualité, théâtralité, performatif, jeu, spectral, informel…

Les projets sont présentés en fin de résidence lors d’une série d’événements dans l’espace urbain : performances, spectacles, installations, vidéos… Le public des Scénos Urbaines est en premier lieu les habitants du quartier.

Les Scénos Urbaines posent la question des formes d’adresse aux publics et travaillent concrètement à rendre accessible à tous les propositions d’artistes, sans les formater. Il s’agit de « communautés », mais pas seulement. Il s’agit avant tout d’individus, des gens, des passants, des visiteurs…

En cela, les Scénos Urbaines interrogent les logiques et les lieux de diffusion de la création contemporaine, en particulier dans des contextes où les lieux « dédiés » ( galeries, musées, théâtres… ) sont peu nombreux et à notre sens peu appropriés, tant ces dispositifs sont marqués par une pensée de l’art née en Europe aux XVIII et XIXème siècles. Une pensée de la « sphère de l’art », séparée.

Les « RR = FF » (Rewind = Forward) sont des moments de visibilités, hors du temps des résidences, ils reconfigurent et questionnent l’ensemble de ces enjeux en performant l’exposition.

Les Scénos Urbaines sont une manière de pratiquer le monde commun dans lequel nous vivons et d’en interroger dialogiquement les configurations et les représentations. Inventer du faire ensemble et des dispositifs de production de savoirs. Pour nous en particulier, il s’agit de déconstruire une condition « européenne » de l’expérience du monde et de travailler à reconfigurer des liens dans un monde devenu multipolaire.

François Duconseille et Jean-Christophe Lanquetin