Andréya Ouamba

In <<RR=FF>> Dak’Art

with dancers 1er Temps

Andreya Ouamba /Urban Scénos /Dakar 2012 from Urban Scénos on Vimeo.

——————————————————————————————————————————

In Urban Scénos Dakar 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photos : François Duconseille

Improvisation chorégraphique // Choreographic improvisation

avec // with Nelisiwe Xaba, Boyzie Cekwana, Florent Mahoukou, Andréya Ouamba, Fatou Cissé

——————————————————————————————————————————

Andréya Ouamba

Sénégal / Congo

Chorégraphe / Choreographer

Né à Pointe Noire, au Congo Brazzaville, Andréya Ouambadébute sa carrière artistique en 1993 par sa rencontre avec Chrysogone Diangouaya (directeur artistique du ballet théâtre Monana et fondateur du Festival concours Mabina-Danse à Brazzaville). Il intègre le ballet et devient assistant du chorégraphe. En 1995, après une tournée en RDC (Ex-Zaïre), Andréya Ouamba réalise sa première création chorégraphiqueL’haleine, qui remporte le 1er Prix du Concours Mabina-Danse à Brazzaville. En 1999, il est invité à l’École des Sables à Toubab-Dialaw (Sénégal) sous la direction de Germaine Acogny. Interprète, Andréya travaille avec Carlos Orta (États-Unis), Flora Théfaine (Togo) et Avi Kaïser (Israël). Installé à Dakar depuis 2000, il collabore avec Marianne Niox pour la création de la pièce Le Cimetière des masques et travaille également avec Michelle Rioux (Canada).

La même année, il crée la Compagnie 1er Temps et met en scène son histoire personnelle dans Pluriel. Cette pièce est présentée au Festival Kaay Fecc et sera programmée aux 4èmeRencontres Chorégraphiques de l’Afrique et de l’Océan Indien 2001 à Madagascar. Invité à « l’Atelier du Monde 02 » au Festival Montpellier Danse, Andréya travaille avec Bernardo Montet et Susan Buirge, puis il anime à Toulouse, au centre James Carles, un atelier de composition. De retour à Dakar en septembre 2002, il rencontre Reggie Wilson, chorégraphe américain avec qui il signe un solo Tales from the Creekprésenté au Festival Kaay Fecc 2003.

Au même festival avec la Cie 1er Temps, Andréya présente une nouvelle pièce, Pression, qui connaîtra un réel succès et donnera à la compagnie l’occasion d’effectuer des tournées dans des festivals tels que : le Marché des Arts du Spectacle Africain (MASA), Festival Dance Umbrella – Afrique du Sud, Tanz Im August – Berlin, Festival Polyzentral – Hambourg, Dance Bremen – Allemagne, au Théâtre GRAN – Aarhus – Danemark. Suite à un atelier autour de la danse interactive avec Kër Thiossane à Dakar en septembre 2003, il part pour une résidence (chantier en construction) à Mains d’œuvres organisée par la compagnie IXKIZIT sous la direction de Joël Borges.

Participant souvent aux ateliers de composition au CRCC (Centre de Recherche et de Composition Chorégraphique) à l’Abbaye de Royaumont, Andréya est sollicité pour une résidence de recherche « Grand atelier chorégraphes/compositeurs », avec le compositeur mexicain Alejandro Castanos. Ils créent ATRAVERSAR présenté en avril 2005 à l’Abbaye de Royaumont. La même année, il crée Chair de poule une pièce chorégraphique pour 5 danseurs. En avril 2006, son duo Impro-Visé_2 reçoit le 1er prix des VIème Rencontres chorégraphiques d’Afrique et de l’Océan Indien et poursuit une tournée internationale.

Dans une collaboration avec le chorégraphe américain Reggie Wilson (Reggie Wilson/Fist & Heel Performance Group) entre 2008 et 2009, Andréya réalise «  The Good Dance – Dakar/Brooklyn », une pièce de 70 mn avec 8 danseurs. Puis il part sur une autre collaboration pour duo « DIPLOMATY II » avec Matthias Sperling (chorégraphe anglais), une demande du festival Dance Umbrella de Londres.

Après avoir quitté le Congo, c’est 10 ans plus tard qu’Andréya effectue un premier retour au pays qui le pousse à créer en 2011 Sueur des Ombres, une création qui relate non seulement son retour au pays natal, mais aussi les différentes situations qu’à traverser et que travail l’Afrique Centrale meurtrie par des crises de guerre ethno-politiques. Cette pièce est présenter à Berlin et Zurich ou elle suscite une vive incompréhension au niveau des critiques journalistiques, pourtant les organisateurs et publics amateurs de la danse sont traverser par une forte émotion de la chorégraphie. Actuellement, Andréya avec l’association 1er Temps, organisent des ateliers professionnels de danse « AEx-Corps » pour des danseurs de Dakar et d’ailleurs.

——————————————————————————————————————————

Born in Pointe Noire, Congo Brazzaville, Andréya Ouamba began his artistic career in 1993 by his encounter with Chrysogone Diangouaya (artistic director of the ballet theater Monana and founder of Festival Dance Competition Mabina-Brazzaville). He joined the ballet and becomes assistant choreographer. In 1995, after a tour in the DRC (former Zaire), Andréya Ouamba produced his first choreography L’haleine, which won the first prize at the Dance Mabina-Brazzaville. In 1999, he was invited to the Ecole des Sables in Toubab-Dialaw (Senegal) under the direction of Germaine Acogny. Interpreter, working with Carlos Orta Andréya (United States), Flora Théfaine (Togo) and Avi Kaiser (Israel). Installed in Dakar since 2000, he collaborated with Marianne Niox for the creation of the piece Cemetery masks and also works with Michelle Rioux (Canada).

The same year, he created the Compagny 1er temps and staged his personal history in plural. This piece is shown at the Festival and will be scheduled Kaay Fecc the 4th Choreographic Encounters of Africa and the Indian Ocean to Madagascar in 2001. Invited to “Workshop of the World 02” to Montpellier Dance Festival, Andréya work with and Susan Buirge Bernardo Montet, then animates Toulouse, center James Carles, a composition workshop. Back to Dakar in September 2002, he met Reggie Wilson, American choreographer with whom he signed a solo Tales from the Creek Festival presented Kaay Fecc 2003.

At the same festival with the Compagny 1er temps, presents a new piece Andréya Pressure, which will have a real success and give the company the opportunity to tour in festivals such as the Market for African Performing Arts (MASA ), Dance Umbrella Festival – South Africa, Tanz im August – Berlin, Polyzentral Festival – Hamburg, Bremen Dance – Germany, Theatre GRAN – Aarhus – Denmark. Following a workshop about dance interactive Kër Thiossane in Dakar in September 2003, he went to a residence (construction site) at Hands of works held by the company IXKIZIT under the direction of Joel Borges.

Often involved in composition workshops CRCC (Centre for Research and Choreographic Composition) at the Abbaye de Royaumont, Andréya is sought for a research residency ‘Grand studio choreographers / composers, “with the Mexican composer Alejandro Castanos. They create ATRAVERSAR presented in April 2005 at the Abbaye de Royaumont. The same year, he created Goosebumps a dance piece for five dancers. In April 2006, the duo Impro-Visé_2 received the 1st prize of the sixth Choreographic Encounters of Africa and the Indian Ocean and continues to tour internationally.

In collaboration with the American choreographer Reggie Wilson (Reggie Wilson / Fist & Heel Performance Group) between 2008 and 2009, Andréya directed “The Good Dance – Dakar / Brooklyn,” a piece of 70 minutes with 8 dancers. Then he went on another collaboration duo “DIPLOMATY II” with Matthias Sperling (English choreographer), an application Dance Umbrella Festival in London.

After leaving the Congo, it is 10 years later qu’Andréya makes a first return to the country pushes to create in 2011 Sueur des Ombres, a creation that relates not only his return to his native country, but also the different situations and work to cross Central Africa ravaged by crises of ethno-political war. This piece is present in Berlin and Zurich or she causes serious misunderstanding in journalistic criticism, though the organizers and public dance lovers are crossed by strong emotion of the choreography. Currently, Andréya and the Association 1er temps, organize professional workshops Dance “AEx-Corps” for dancers Dakar and elsewhere.