François Duconseille

Artiste visuel, scénographe, fondateur en 2000 de ScU2 et du projet des Scénos Urbaines avec Jean-Christophe Lanquetin // Visual artist, scenographer, funder in 2000 of ScU2 and of the Urban Scenos project with Jean-Christophe Lanquetin. 

Formé au Théâtre National de Strasbourg, François Duconseille travaille pour des spectacles de théâtre, des expositions, des émissions de télévision et développe une carrière individuelle d’artiste plasticien (Biennale de Paris, Fondation Cartier, nombreuses expositions en Centre d’Art et galeries en France et à l’étranger). Il fonde et dirige avec Jean-Christophe Lanquetin l’atelier de scénographie de la HEAR à Strasbourg, ils y mènent ensemble le programme de recherche Play>Urban avec la WITS School of Arts de Johannesburg. // Formed at the National Theatre of Strasburg, François Duconseille works for theater, exhibitions, television and develops an individual career as a visual artist (Biennale de Paris, Fondation Cartier, numerous exhibitions in galleries and Art Centre in France and abroad). He funded and runs with Jean-Christophe Lanquetin the department of scenography of the HEAR art school of Strasbourg. They hold there together the research program in art Play>Urban with the WITS School of Arts of Johannesburg.

——————————————————————————————-

www.francois-duconseille.net

——————————————————————————————-

In Urban Scénos Douala

Ce diaporama nécessite JavaScript.

François Duconseille, en accord avec les propriétaires des maisons sur lesquelles il intervenait, a réalisé des images faites à partir de postits, fonctionnant comme des pixels. Une bible, un ananas et une rose. Les postits, une fois installés vibrent au vent, puis finissent par se détacher.

Voir aussi dans Hervé Yamguen : La cour de mon père, le projet de François et Aser Kash.

——————————————————————————————-

In Urban Scénos Alexandria

_francoisd_42441_fdEllMax4

Francois Duconseille a envisagé de multiples projets, notamment autour du pont en construction, enjambant le canal, dont le tablier était alors posé à proximité. Toutes les propositions ont été refusées, de façon assez mystérieuses. François a alors réalisé un performance qui consistait à courir dans le quartier avec un panneau montrant une main de fatima faite avec des postits. Quant aux projets, ils sont devenus des cartes postales. 

_francoisd_84424_fd-ElMax2 _francoisd_74001_fd-ElMax3

——————————————————————————————-

In Urban Scénos Kinshasa

_francois2_39082_fd2

Francois Duconseille souhaitait dans un premier temps réaliser un panneau publicitaire qui soit dans un même temps un « nichoir » à Shegues (enfants des rues). Le panneau était muni d’une échelle de corde, d’un trou dans sa facade et d’une plateforme à l’arrière, permettant aux enfants des rues de s’y nicher. Le projet s’est mis en route, intéressant la société Marsavco. François a alors réflechi sur l’image à présenter, et a choisi de proposer à Sapin, peintre populaire de faire l’image (une vraie image publicitaire). Marsavco a finalement refusé de financer le projet. // François Duconseille wanted first to realize a advertising panel which would be at the same time a « niche » for shegues (children from the streets). The panel was provided with a rope ladder, a hole in the facade and a platform behind, allowing the kids to stay there. The project started, Marsavco society was interested. Francois started to think about the image to present and proposed Sapin, a popular painter to realise the image ( a real advertising picture). Marsavco finally refused to fund the project.

_francois2_12487_DSCN8526

François a commencé à circuler dans le quartier avec un seau de peinture, une tenue de peintre, des badges autour du cou. Il proposait aux gens de leur peindre un « mundele » ( ce qui veut dire blanc en Lingala, à Kin, dès qu’un blanc circule, il est interpellé « mundele, mundele ! ») sur les murs de leur parcelle, stand, etc. Aucune transaction d’argent, juste un échange. Et du dialogue. // Francois then started to walk inside the area with a seal of painting, and a costume of painter, badges around his neck. He was proposing people to paint a « mundele » (it means white in Lingala and in Kin at the moment a white person is circulating, people call out « mundele, mundele ! ») on the walls of theirs parcels, stands, etc. No money transaction, just an exchange. And dialog. 


Les premières formes ont été peintes dans l’enceinte de l’académie des Beaux-arts, une façon de tester le projet en un lieu protégé avant de m’exposer dans le quartier. Mais très vite, dès ma sortie de ce territoire, le projet s’est transformé d’une façon inattendue. Il ne s’agissait plus alors de travailler secrètement mais d’affirmer ma présence, mon action et d’intégrer la relation à la population dans le travail. Mes premiers interlocuteurs furent les enfants, omniprésents à toutes heures dans le quartier, je les intriguais, distrayais, on parlait beaucoup pendant que je réalisais les peintures. Chaque rencontre donnait lieu à une série de photos avec eux, devant ce qui devenait un décor pour leurs poses « héroïques »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

——————————————————————————————-

In Urban Scénos Labellevirtuelle

playing with John Clang

——————————————————————————————-

In Urban Scénos Dakar

——————————————————————————————-

In Urban Scénos St-Denis

François Duconseille / Livre De Pierre / St Denis de la Réunion 2013 from Urban Scénos on Vimeo.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

with ScU2

ScU2 / Allez voir l’ange / St Denis 2013 from Urban Scénos on Vimeo.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

——————————————————————————————-

In Urban Scénos Port-au-Prince#1